Je vais vous présenter quelques sites incontournables de ma région. Ils sont encadrés sur la carte ci-dessous. Vous n'avez qu'à cliquer sur chacun des petits carrés pour avoir un aperçu.

           

site précédent

Web'in Tarn, l'anneau du web tarnais

site suivant

retour page d'accueil

 

 


SAINT-JUERY

ou la Porte de la Haute Vallée du Tarn

 

 

On va commencer par là, car c'est ici que se situe mon QRA. C'est une petite ville de 7000 habitants située aux portes d'Albi. Elle s'est développée au XIX siècle gräce au site "LE SAUT-DE-SABO". C'est un resserrement de rochers sur la rivière TARN. Cette chute naturelle de près de 20 mètres a favorisé le développement d'un ensemble sidérurgique important jusque dans les années 60. Le minerai de fer était fourni par la mine du Fraysse, et le coke par les mines de Carmaux.

Aujourd'hui, sur cette chute naturelle est construite une usine hydroélectrique parfaitement intégrée dans la roche.

Dans un des anciens ateliers de l'usine, une maquette du site du SAUT-DE-SABO est absolument à voir : "Musée de l'eau à l'acier".

 

 

       

RETOUR

 

 

 

 

 

 


AMBIALET

 

En remontant le Tarn, à une vingtaine de kilomètres, se trouve la presqu'île d'AMBIALET. Cette boucle spectaculaire faite par la rivière est parcourue par des sentiers à découvrir. Les coins baignade et repos ne manquent pas et chaque méandre laisse découvrir un nouveau paysage.

           

photo satellite de la vallée du tarn

RETOUR

 

 

 

 

 


CORDES SUR CIEL

Située à 25 km au Nord-Ouest d'Albi, cette bastide fut fondée en 1222 par Raymond VII, comte de Toulouse, et doit son nom à Cordoue. Cordes-sur-Ciel, comme son nom l'indique, est perchée sur un piton qui domine la vallée du Cérou. A visiter, la Halle du XIVème siècle, l'église St Michel et de très belles demeures Renaissance.

 

 

 

 

RETOUR

 

 

 

 

 


ALBI

 

         

1 : Cathédrale Ste CECILE.
2 : Musée Toulouse-Lautrec, Palais de la berbie.
3 : Préfecture.
4 : Palais de justice.
5 : Le Tarn.
6 : Eglise et Cloître St Salvi.
7 : Place du Vigan et jardin national.
8 : Marché couvert.
9 : Pont neuf.
10 : Pont vieux.
11 : Le vieil Albi.

Préfecture du Tarn avec 50 000 habitants, Albi a une longue histoire, puisque les Rutènes puis les Celtes s'établirent sur le site près de 4 siècles avant notre ère. Au Moyen-Age, Albi devient un carrefour commercial grâce à la construction du Pont -Vieux vers 1040. Cette vieille cité de brique garde de nombreux monuments, en particulier la cathédrale gothique Ste Cécile (commencée en 1282 et terminée en 1480), le palais épiscopal de la Berbie, et des hôtels du XVIème siècle. Albi a connu au XIXème siècle un début d'industrialisation grâce aux mines de Carmaux et Cagnac et à la verrerie ouvrière. Aujourd'hui, la ville possède son Université et son Ecole des Mines.

HENRI DE TOULOUSE-LAUTREC (Albi 1864 - Malromé 1901)

Infirme à l'âge de 14 ans après 2 chutes de cheval, Toulouse-Lautrec vint à Paris en 1881 où il s'installe dans un atelier à Montmartre. Il rencontre des peintres célèbres, comme Van Gogh, et des artistes de cabaret, comme Jane Avril, La Goulue, Yvette Guilbert dont il fera ses modèles. Son oeuvre, une des plus importantes de la fin du XIXème siècle a renouvelé entièrement l'art de l'affiche. La plus grande partie de ses tableaux et dessins est conservée à Albi, dans le Musée qui porte son nom au Palais de la Berbie.

JEAN FRANCOIS DE GALAUP LAPEROUSE (Albi 1741 - Vanikoro 1788)

Il est le plus illustre Albigeois du XVIIIème siècle. Il s'engage dans la Marine à l'âge de 15 ans. Lieutenant de vaisseau à 36 ans, il participe à la Guerre d'Indépendance des Etats-Unis. Capitaine de vaisseau à 40 ans, il se voit confier par Louis XVI la plus importante expédition scientifique et maritime de l'époque : continuer l'exploration du Pacifique avec ses 2 frégates, la Boussole et l'Astrolabe. Son aventure s'achève brutalement sur les récifs de Vanikoro en 1788. Un musée lui est consacré dans l'ancienne vermicellerie.

RETOUR

 

 

 

 

 


CAGNAC LES MINES

L'essor de l'Albigeois est intimement lié à l'exploitation minière du bassin houiller de Carmaux-Cagnac les Mines. Cette exploitation est maintenant terminée. D'anciens mineurs de Cagnac ont eu l'idéede perpétuer le souvenir d'une époque qui a marqué et qui marque encore la majorité des habitants de la région. Pour cela, ils ont créé à Cagnac un musée de la Mine, en reconstituant le plus fidèlement possible les lieux et l'ambiance dans lesquels ils ont vécu de nombreuses années. La descente au fond du puits reconstitué donne une idée de ce qu'était le métier de mineur de fond.

Le bassin minier de Carmaux était constitué de plusieurs puits : Cagnac, Sainte-Marie (où se trouve actuellement la Découverte qui va devenir un pôle européen de multi-loisirs en 2002), la Tronquié (photo du bas) et la Grillatié. Le charbon était traité dans la cokerie de Carmaux, et était utilisé dans la centrale thermique de Pélissier à Albi.

A cette région, il faut associer un autre personnage illustre qui s'est révélé au sein des luttes ouvrières : il s'agit de Jean Jaurès (1859 - 1914)

 

RETOUR

 


 Dernière mise à jour le 26/12/04